les bienfaits du sexe sur notre santé



“La marche, c’est le meilleur sport du monde”, “Mangez cinq fruits et légumes par jour”, “pour être en bonne santé, bougez plus”, “évitez les aliments gras, salés, sucrés”, “évitez de grignoter”, “l’abus d’alcool est dangereux pour la santé”, “essayez notre régime Comme J’aime, nous vous offrons une semaine gratuite (redondance et faute de syntaxe authentiques)”. Au secours ! Dans nos sociétés modernes où règnent l’interdit, la culpabilisation à outrance, le culte du corps parfait, la course à pied obligatoire, et les injonctions débilitantes et enfonceuses de portes ouvertes de toute sorte pour “être en bonne santé”, il s’avère que le meilleur des remèdes est peut-être là, tout près…


__Ce n’est sans doute pas un hasard si la traduction en arabe de la spécialité de votre serviteur est “santé sexuelle”. En effet, on oublie trop souvent qu’avoir une sexualité épanouie et à but récréatif est certainement le meilleur atout préventif pour une bonne santé physique et psychique. Alors mettons de côté pour un temps la sexualité procréative et faisons-nous un peu plaisir : “Pour être en bonne santé, b..sez plus” ! 

“Endorphine et dopamine sont les deux mamelles de la santé sexuelle” 

__Le duc de Sully (1559-1641, ministre des finances d’Henri IV), qui n’était pas à proprement parler un marrant, ne nous en voudra pas d’avoir détourné un de ses mots resté célèbre. Reste que ces deux neurotransmetteurs produits par le corps agissent directement sur la sensation de plaisir, et la renforcent notamment au moment de l’orgasme. 

__Micha, 24 ans, évoque brièvement avec nous la sensation qui l’emplit juste après chacun de ses orgasmes : “C’est comme f lotter sur un nuage ! Une sensation unique de relâchement et de plénitude.” 


__Une sorte de drogue légale que nous produisons nous-mêmes. 

L’endorphine est aussi produite par le corps après une session sportive, d’où cette sensation de bien-être ressentie la plupart du temps suite à un effort physique. 

Des effets trop méconnus sur la santé physique… 

__Saviez-vous qu’avoir des relations sexuelles une ou deux fois par semaine produit une augmentation de 30 % du taux d’immunoglobuline A, qui renforce le système immunitaire ? D’après certains spécialistes, une vie sexuelle active réduirait même les risques de cancer, de maladie cardiaque et d’accident vasculaire cérébral. En outre, et même si cette information reste à prendre avec des 

 

pincettes, ce serait également un remède contre le rhume et la grippe.

__Selon d’autres études occidentales, la stimulation vaginale augmenterait la tolérance à la douleur. En outre, l’autostimulation du clitoris pour se donner du plaisir a un effet analgésique. Il a même été établi que ce type de stimulation peut diminuer la douleur chronique ou occasionnelle.

__Pour nos mâles adorés, les bienfaits ne sont plus à prouver non plus. Quelle n’a pas été la surprise de Mounir, 45 ans, lors de son premier check-up de la prostate chez son urologue : “Je m’attendais à tout sauf à cela ! Mon médecin, après m’avoir rassuré sur l’état actuel de ma prostate, m’a conseillé de ne pas lésiner sur les éjaculations ! Passé le stade de la surprise, il m’a en effet confirmé qu’une vingtaine d’éjaculations par mois réduisent le risque de cancer de la prostate d’environ 30%.”

En plus, on brûle des calories !

__Comme tout exercice, les relations sexuelles brûlent du gras et des calories – environ 96 calories par période de 20 minutes pour une personne de corpulence normale et d’environ 70 kilos. On peut donc manger gras/salé/sucré, avec modération à condition qu’une séance de galipettes soit prévue juste après !

…et psychique

__Les effets sur la psychè d’une sexualité épanouie ont également été prouvés depuis belle lurette. Faire l’amour, c’est aussi provoquer une déferlante de neurotransmetteurs dans le cerveau, comme évoqué plus haut. L’ocytocine, la sérotonine, la testostérone (même chez la femme) ainsi que d’autres hormones vitales sont sécrétées, activant ainsi les activités cérébrales. Ce sont donc toutes les capacités d’apprentissage qui en bénéficient : la pensée, la mémoire, la logique, etc. 

__“Je suis un peu tombée de l’armoire quand mon psychiatre – qui me suit depuis quelques mois pour une dépression légère – m’a demandé la fréquence de mes rapports sexuels avec mon mari. À ma réaction, il m’a expliqué la raison de cette question inhabituelle au Liban…” Nadia, 36 ans. 

__En effet, une sexualité épanouie et régulière permet de développer le sentiment de conscience de soi et de renforcer son identité et l’estime de soi. Il s’agit d’une excellente façon d’exprimer et de combler nos besoins, nos désirs, nos émotions et nos humeurs. Tout cela est très bénéfique pour le moral et pour une bonne santé mentale, et peut donc contribuer à guérir d’une affection psychiatrique légère. 

Le sexe favorise un sommeil de meilleure qualité

__Vous avez très certainement déjà remarqué que vous vous endormiez plus rapidement après une relation sexuelle… Rien de plus normal. Après avoir fait l’amour, encore plus si l’on a atteint l’orgasme, le corps sécrète de la prolactine, l’hormone responsable de la relaxation et du sommeil. La proximité avec votre partenaire permet aussi de calmer le stress et favorise un sentiment de confort et de confiance, ce qui conditionne un sommeil réparateur, même lorsque l’on souffre d’insomnie. 

Le système nerveux central en profite aussi 

__La respiration profonde que l’on a en plein ébat sexuel est plus lente et plus calme. Cette respiration a des bienfaits sur le stress et c’est tout le système nerveux qui en profite. Le système parasympathique, qui régule l’organisme dans son ensemble, est aussi renforcé. Cela permet de prévenir les infections bactériennes et les virus.

texte: Dr Sandrine Atallah


    latest issue

    Noun July 2019  Noun-Juillet 2019

    Noun-Juillet 2019