souk el-tayeb ou l’histoire d’amour entre un homme et son pays

Kamal Mouzawak est un homme discret. Un homme de la montagne, fils d’agriculteur, fils du Kesrouan, qui a emprunté une voie – sa voie – sans jamais en dévier d’un pouce. Cette voie, c’est celle de la terre. La terre de nos ancêtres. Cette terre que l’on cultive depuis des millénaires. Un patrimoine que nous héritons de génération en génération et qui réunit les produits de la terre, les produits naturels, l’artisanat et que Kamal Mouzawak honore depuis 15 ans maintenant, dans cette grande aventure et cette grande famille qu’est Souk el Tayeb.

Au début, il y eut une rencontre. Avec la controversée Myriam Nour. Il y eut une collaboration avec Noun, puis Joumana Salamé et Myriam Shuman qui croisent le chemin de Kamal Mouzawak lui confient un espace au Garden Show. C’était il y a 15 ans.

Là, cet homme, qui est devenu en l’espace de quelques années le meilleur ambassadeur du Liban, monte avec un petit groupe de producteurs, et son associée Christine Tohmé, The Garden’s Fruits. 10 jours plus tard, nait Souk el Tayeb dans le parking du Sofil.

C’est ainsi que Kamal Mouzawak installe en ville le monde rural. Des agriculteurs, des fermiers, des producteurs detoutes les régions viennent présenter leurs produits. Légumes, confitures, miel, fruits, objets en terre cuite, thym… le partage du pays, de l’amour du pays. Une vie commune qui s’est poursuivie avec la naissance de Tawlet. D’abord à Mar Mikhael, ce restaurant “communautaire” reçoit chaque jour une femme qui vient cuisiner les spécialités de sa région, reçoit des Guest Foodies, présente des produits venus de tout le pays. Tawlet qui s’est installé petit à petit au Nord, au Sud, dans la Bekaa. Puis il y a eu les Beit. Ces maisons sauvegardées par Kamal Mouzawak, qui a tenu à les garder telles quelles. En les “revampant”, en leur donnant une seconde vie et qui accueillent touristes et Libanais désireux de respirer l’air de Douma, de Ammiq ; désireux de faire une pause à Mar Mikhael et aujourd’hui à Hamra. De dormir dans des lits qui rappellent ceux de la maison. Qui rappellent “l’beit’. Beytna.

15 années viennent de s’écouler et Kamal Mouzawak est toujours animé de la même passion. Du même amour pour ce pays qu’il connaît comme sa poche. Ce pays qui regorge de secrets et de talents. De femmes et d'hommes qui ont tenté l’aventure avec lui. Qui ont quitté leur village natal pour montrer à Beyrouth et aux Beyrouthins la richesse de la culture gastronomique libanaise que l’on retrouve dans les ouvrages de Kamal Mouzawak.

Cet homme qui a rassemblé quand le pays se divise. Et qui offre du bon et du beau… et qui continuera jusqu’au bout. Parce que Kamal Mouzawak, c’est le Liban. Souk el Tayeb en quelques dates 2004 - Naissance de Souk el Tayeb, marché de petits producteurs, fermiers et artisans au centre de Beyrouth. Un pont entre les zones rurales et urbaines qui permet de rassembler des communautés et des confessions divisées. Aujourd'hui il existe 2 marchés hebdomadaires : l’un au Gefinor les mercredis de 9h à 16h, aux Beirut Souks les samedis de 9h à 14h (et bientôt un autre tous les jeudis à Jnah) 2006 - Naissance du projet Dekkenet, une épicerie qui vend les produits des producteurs et fermiers du souk en dehors du marché – et que l’on retrouve dans toutes les maisons d'hôtes (Beit) et les Tawlet. 2007 - Akl W Eid, des zones urbaines aux zones rurales, des festivals célébrant chaque année les traditions et les spécialités de plusieurs villes et villages au Liban (Douma 2017, Rachaya 2015, Anfeh 2011, Hay El Sellom 2008, Baalbeck 2018, Zahlé 2009 et beaucoup d’autres...)

2009 - Tawlet, les tables coopératives de Souk El Tayeb où l'on mange de la cuisine traditionnelle de femme, de la cuisine"comme à la maison" qui nous rappelle celle de nos mères et nos grand-mères tout en faisant découvrir les spécialités de tout le pays. Aujourd'hui il existe 2 Tawlets à


Beyrouth et 4 en régions :

Tawlet (Mar Mikhael) - la première. Une cuisine ouverte où l'on est reçu tous les jours par une femme d'une région différente du Liban, un peu comme si elle nous recevait chez elle.

Tawlet Ammiq - un projet en partenariat avec Skaff Estate et la réserve du Chouf où l'on mange des spécialités de la région de la Békaa dans un cadre naturel protégé et un bâtiment écologique avec une vue panoramique à couper le souffle sur la vallée.

Tawlet Beit El Qamar - en partenariat avec Rony Feghali et Mireille Boustany, une maison à Deir El Qamar où l'on découvre les spécialités culinaires du Chouf avec un concept "du jardin à la table" car beaucoup d'ingrédients proviennent du jardin bio de la maison.

Tawlet Saida - en partenariat avec la Fondation Hariri, une table au coeur du souk de Saida avec des spécialités du Sud, surtout à base de poisson, et une vue magnifique sur le port de la ville.

Tawlet Biomass - en partenariat avec la ferme organique Biomass à Jrebta ou l'on déguste des spécialités du Nord tous les week-ends sous les arbres.

Tawlet El Hamra - le dernier-né de la famille. Une table ouverte de 8h à 22h en service continu dans une villa des années 50 au coeur du quartier de Hamra.

2012 - CPB (capacity building program). Un programme de développement des compétences: pour habiliter les petits agriculteurs, producteurs, cuisiniers et communautés défavorisées en leur fournissant les compétences et le savoir-faire nécessaires pour leur permettre de devenir économiquement indépendants.

2014 - Cafeteria UNHCR - Ouverture d’une Cafétéria au sein des bureaux de UNHCR suite à un projet de CBP avec les réfugiées syriennes. Ce projet a notamment permis à plus d’une trentaine de femmes réfugiées syriennes de retrouver une dignité de vie et un travail qui leur a permis de survivre pendant quelques temps.

2015 - Beit - les maisons d'hôtes, synonymes d’hospitalité libanaise, de confort et de patrimoine. Chaque Beit a un caractère unique qui met en valeur les traditions de son village ou de sa ville. Il existe aujourd’hui 2 maisons à Beyrouth et 3 en régions.

Beit Douma - Douma est l'un des derniers villages libanais préservé… Une carte postale au coeur des montagnes de Batroun. Beit Douma est une ancienne maison libanaise traditionnelle qui a été restaurée de manière simple et subtile. La partie la plus ancienne du rez-de-chaussée remonte au 18e siècle.

Beit Ammiq - Une maison écologique dans le village paisible d'Ammiq qui jouit d'une vue panoramique sur la plaine fertile de la vallée de la Bekaa.

Beit El Qamar - Une maison de téta au coeur du Chouf située sur une colline au-dessus de Deir el Qamar, entourée de potagers et de terrasses colorées.

Beit El Tawlet - Une paisible maison d’hôtes située au coeur de Mar Mikhael, avec une décoration des années 70, des abat-jours audacieux, du rotin et des pièces uniques de la scène artistique locale s’ajoutent à une végétation luxuriante et une vue sur la mer et les montagnes.

Beit El Hamra - La nouvelle maison d'hôte à Hamra dans une belle villa jaune des années 1950 meublée de vintage chiné et recouverte de tissus et de papiers peints d’origine, avec des arbres Kapok dans le jardin.

2016 - Aasha El Tayeb, une soupe populaire. Un projet d’action de solidarité afin de lutter contre l’exclusion et la pauvreté en servant des repas chauds aux plus démunis en collaboration avec une multitude d’ONG. Aasha el Tayeb a servi à manger à plus de 4000 personnes.

2017 - Tawlet Catering, une expérience authentique de la cuisine libanaise de maison faite par les cuisinières et l’équipe de Tawlet !

Et tant d’autres aventures magnifiques les unes plus que les autres…

Texte: Médéa Azouri



       related articles

      latest issue

      Noun July 2019  Noun-Juillet 2019

      Noun-Juillet 2019